Aller au contenu

Cansoun dou capet

UN PEU DE GASCON > ça se CHANTE

Je suis gascon et porte le béret. .... Chanson qui, pendant la guerre 40/45, servait d'indicatif à la radio libre du Général de Gaulle ...

____Carles AZNAVOUR nous expliquait:
___________Il est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître....
____Cette chanson, il est probable que les moins de 50 auront aussi quelques difficultées


__                                           _____La Chanson du béret

______________________________ Pour écouter cliquer sur l'Icône



La chanson du béret (en Français)

I
Chaque pays possède sa coiffure :
Le marocain porte un Fez rigolo,
Le brésilien ne manque pas d’allure,
En arborant son brave sombréro !
Le bon bourgeois, ce n’est pas un reproche
Porte un meulon, tant mieux si ca lui plait,
Moi, mon chapeau, je le mets dans ma poche,
Je suis Gascon, et porte le béret.
II
Notre béret, c’est toute la Gascogne,
Et per canta  « nosté bét cèou dé Paou »
Nos montagnards aux jambes de cigogne,
Avec orgueil le portent en haut « ataou »
Et avec ca c’est tellement pratique,
Quand M’sieur l’curé sur la rout’aparait
Ou le paysan dépose-t-il sa chique ?
Mais ‘diou biban’ mais c’est dans son béret.
III

Le béarnais aime le mettre en pointe,
Le basque, lui, l'emploi en l'écrasant,
Et le landais, sans reproches et sans crainte,
Le pose ainsi quand il veut dire « zut »
C’est tout petit, mais c’est une merveille :
Pour réfléchir c’est ainsi qu’on le met
Et pour craner on l’accroche à l’oreille,
Quel orateur, ce coquin de béret
IV
Quand grand papa travaille dans la vigne,
Et qu’à l’église on sonne tant et plus,
Pour la prière il l’enlève et de signe,
Plus de béret, quand sonne l’angélus.
Les parisiens dont l’enfant n’est pas sage,
Pour le fesser prennent un martinet,
Un martinet ! c’est un truc de sauvage,
Nous on lui flanque un bon coup de béret.
V
Lorsqu’a Bayonne on joue à la pelote,
C’est son béret que l’on jette au vainqueur,
Et ce béret c’est pas de la gnogote,
Puisque dedans on a mis tout son cœur !
Et le dimanche, il fait bon qu’on le sache,
A la plazza ca fait beaucoup d’effet,
Nos jeunes gens vont exciter la vache,
Pour la sauter « pieds joints » dans le béret.
VI
Votre béret a fait le tour du Monde,
Tout les champions qui battent un record,
L’ont adopté sur la terre et sur l’onde,
Car un béret, ça tiens coquin de sort.
Malgré le vent et malgré le cyclone,
Il est solide, et peut-être qui sait ?
Alphonse XIII aurait gardé son trône,
S’il avait eu pour couronne un béret.
VII
Quand le conscrit quitte sa fiancée,
C’est le béret qui rythme les adieux,
Quand il est loin, seul avec sa pensée,
C’est au béret qu’il parle avec les yeux.
Je ne veux pas vous parler de la guerre,
Quelques grincheux me le reprocheraient,
Mais vous savez tout ce qu’ils ont pu faire,
Les petits gars qui portaient le béret.


La traduction en gascon "parla neugue" est approximative

La cansoun dou capet   (én Gascoun)
I
Cado païs qua sa couhade :
Lou marocain queporte un fèz rigolo
Lou brésilièn ne manque pas d’allure
En arbouran soun brabe soumbréro !
Lou boun bourgeois, aco né'i pas un réproche
Port’un chapèou, tan meuille s'au'ou plat
Jou, lou chapèou, co'u hiqui à le pot'yeu,
Qué soy gascoun, é porti lou capet.
II
Noste capet, qui toute le Gascougne,
Et pèr canta  noste « bèt cèou dé Paou »
Lous mountagnards à le came de  cigougne
Dab orgueuil lou porteun én haout « ataou »
Et dab aco queus tèleumnn pratique,
Quant moussu curè sus le route appareuch,
Oun lou paysan paouze le sou chique ?
Més « diou biban » qui dehen soun capet.
III
Lou biarneus ayme lou pourtà e'un punte,
Lou basquou, eut, qu'e l'euplache sou cap ,
Et lou landuss sén réproches ni pou
Lou paouze ataou, qu’an bo dize « zut »
Queus tout petit, mé qu'auuo mèrvèille,
Entà réfléchi, qu'eus ataou que lou portan,
Entà « crana » l’accrouchan à l’aoureuille,
Qu’in oratur, aqueut couqui'n de capet.
IV
Quand lou papi trabaille à la bigne,
Et qu’a l'églize que saouneun tan et mé,
Entà le prière qu'eus deuscoubrit, et qu'eus signe,
E nat capet quand soune l’angélus.
Lous parisièns doun lou drole ni pas satge,
Entaou truca preunen lou martinet,
Un martinét ! Yun truc de saouatge,
Nouz’aouts  baillem un boun cop de capet.
V
Quand à Bayoune jogueun à la pelote,
Qui soun lou capet qué jétten aou gagnan,
E aquét capet neus pas de le gnognotte,
Pushque dehun y aouén hicat tout lou co !
E lou dimeun'ille, que hail bon qu’eu saben,
Sus le place que hail un boun éffèt,
Nos joueuns exciten le baque,
Entà le saouta « pè-jouéns » deheun lou capet.
VI
Boste capet qu' à hèyt lou tourn dou mounde,
Touts lous champiouns que battén un récort,
L’an adouptat sur le tèrre é sus leus oundes,
Pramou un capet, que tieun couquin de sort.
Malgré lou vén é malgré lous cyclone ,
Qu’éy soulide, é qui bélèou sap :
Alphonso treutze q'au'reu gouardat soun trone
Saouè ut peur couroune un capet.
VII
Quand lou counscrit quitte sa fiançade,
Qui lou capet qué rythme lous adi'ous,
Quand eus lugn, tout sou dab sa pénsade,
Queus aou capet que dit dab lous ouéils.
Nous, ne bam pas parlà de le guèrre,
Quaouqués  grinchous m’at réprochérén,
Més sabéts touts ço qu’an poudut ha,
Aquéts drounléts qué pourtèouon lou capet.



compteur internet
Retourner au contenu